It’s A Small, Small World…

By on juillet 7, 2016

(Article publié une première fois en mai 2015)

Berleween-Jolixor-portraitDans l'univers Hipstamatic, ses photos sont uniques et le premier choc passé, on plonge avec délice dans un univers de miniatures. Un univers drôle, poétique, parfois un peu cynique qui nous rappelle des souvenirs d'enfance. Elle a reçu le "Hipstamatic Creative Concept Award" lors des derniers Hipstography Awards et c'est lors de son passage à Bruxelles pour le vernissage de Click. Boom. Amazing! que j'ai rencontré Berlewen Jolixor. J'en ai donc profité pour lui proposer une petite thérapie... Au menu: problèmes d'enfance, soucis avec les forces de l'ordre et schizophrénie créative.

 

Bon, Berlewen, tu as donc été privée de jouets quand tu étais petite... La photo est-elle un moyen d'exorciser de vieux démons?

Berlewen: Non aucune privation à part peut-être les poupées Barbie qui m’ont été définitivement refusées! La photo est plutôt le seul support avec lequel je jouis d’une totale liberté d’expression! Pas de compte à rendre, pas de doute, ni de confusion mais plutôt une joie enfantine sur l’objectif que je me suis fixé: l’image que j'ai en tête et que je veux reproduire ou la dérive qui va aboutir parce que la plupart du temps mon idée primaire n’est pas tout-à-fait réalisable!

 

Berlewen Jolixor, ce n'est pas courant comme nom. Tes parents ont-ils voulu faire preuve d'originalité?

Ha ha! Bon, d’accord ce n’est pas ni mon nom, ni mon prénom. J’adore la série Kaamelott, l’un des personnages se nomme Berlewen. Il me plaisait bien, il prête à confusion sur le genre Homme/Femme.

Berleween-Jolixor-13

Quel est ton parcours photographique? Comment es-tu arrivée à utiliser Hipstamatic?

J’ai fait les Beaux-Arts de Lyon, j’ai donc un diplôme d’art plastique. Je pense avoir dit cette phrase à un employé de L’ANPE (Agence Nationale Pour l'Emploi): "je ne travaille pas, ce n’est pas grave, je crée!". J’ai toujours plus ou moins fait de la photo mais je dois avouer avoir pris plus de plaisir à développer mes photos que de les prendre! Diplôme en poche, je voulais bosser dans la communication et faire de la vidéo… J’en ai fait (documentaire sur le Parc océanique Cousteau entre autre) mais c’est un monde de requin (sans jeu de mot). J’ai échoué pour mon plus grand bonheur comme restauratrice de monuments historiques, où j’ai découvert la contemplation du travail des autres; je suis devenue une bonne "faussaire": faux bois, faux marbres et patines à la chaux. Puis la maternité m’a frappée de plein fouet et j’ai regardé grandir mes deux belles œuvres en me disant que jamais je ne pourrais créer quelque chose d’aussi beau! Mais les enfants sont chronophages. Ils grandissent et n’ont plus besoin de vous (enfin pas autant). En 2011, l'homme m’offre mon premier iPhone, un peu à contre cœur car il est résolument Samsung. Je cherche dans l'Apple Store les différentes applications photo et je tombe sous le charme d’Hipstamatic. Premières photos à New York en 2012.

Berleween-Jolixor-10

D'où vient cette passion pour les figurines?

On m'a offert un livre de Slinkachu, un artiste de rue, et c’est la révélation! Voilà c’est ce que j’avais toujours rêvé de faire… Pendant une longue période, je n’ai rien fait, il fallait que je digère ces images. Mon frère m’offre mes premiers personnages Preiser mais je ne fais presqu'aucune photo. Jusqu’en 2014 quand je découvre les photos de Florian Bilges dans le magazine Snap. Seconde révélation: on peut donc faire des photos géniales avec son téléphone et Hipstamatic! J’ai cherché son nom sur le net, j’ai trouvé son portfolio dans Hipstography. Le 1er mai 2014, je m’inscris sur Facebook, Instagram et bien sur Oggl! Bilan, j’ai rangé mon Fuji X100. Et j’ai réellement commencé à me créer un univers!
Et puis, les figurines ont le bon goût d’être toujours de mon avis, de bien vouloir se laisser photographier et de tenir la pose pendant des heures sans rechigner; elles sont toujours contentes du résultat (500 amis qui m’adulent c’est bien, non?).

 

Même durant le vernissage de Click. Boom. Amazing!, je t'ai surprise en plein shooting. Tu ne t'arrêtes donc jamais?

Depuis 1 an, cela fait partie de mon quotidien! Dès que je vais quelque part, je traque l’objet que je vais pouvoir détourner. C’est infernal! Je vais chez des amis et je reviens avec un cendrier ou un tire-bouchon. Je vais au restaurant, je sors un personnage!

Berleween-Jolixor-12

Cela veut dire que tu trimballes en permanence dans ton sac des figurines et des accessoires. Pas peur d'un contrôle policier?

Oui et oui! J’ai à l’heure actuelle 3 sacs: petit, moyen et grand, en fonction des besoins ou du déplacement! J'ai été contrôlée plusieurs fois à cause du plan Vigipirate; c’est toujours un moment d’hilarité, quand je commence à ouvrir mon sac. Enfin surtout pour les vigiles, le policier ou le représentant des forces de l’ordre; moi, j’ai souvent un peu honte.

 

Avec ce genre de photos, que préfères-tu? Oggl ou Hipstamatic?

J'ai été séduite par Oggl pour sa communauté et la facilité d’accès aux films et aux objectifs; cela m’a permis de découvrir mon combo préféré. L’argument décisif a été la bonne gestion de la profondeur de champ: possible avec Oggl mais de faible qualité (difficile d’accrocher le sujet du premier plan et celui-ci doit être plus loin pour être net). Cela fonctionne mieux avec Classic, on maintient son doigt sur le sujet au premier plan, la netteté se fait le sujet et l’arrière-plan devient flou.

 

As-tu des combos que tu préfères utiliser?

Mon préféré est Lowy/Blanko 1 mais j’aime aussi Lowy/Robusta. Pour le Noir et Blanc et pour l’instant, c'est Hornbecker/BlacKeys ExtraFine.

Qui est Numéro 1 au fait?

Ah! Numéro 1 est issu de l’univers sombre et poétique de Tim Burton. Je le trouve touchant, mi-cynique, mi-désabusé; il pose son regard de myope sur les choses et est extrêmement photogénique!

 

Vers quoi, veux-tu aller maintenant? A quoi devons-nous nous attendre?

Vers la cuisine il faut préparer le repas ;-) J’ai envie d’épurer encore, de tendre vers des choses plus graphiques. Et probablement tenter de l’animation…

 

Des hipstographers que tu admires?

Tous ceux dont je me souviens!

 

"Bruxelles, une fois"

Lens:  Lowy 
Film:  Robusta 
Flash: off

This post is also available in: Anglais

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :