365 Jours avec Hipstamatic

By on décembre 30, 2016

365-days-with-hipstamatic-recatngle

Les bonnes résolutions se prennent souvent à une date fatidique et le 1er janvier reste sans aucun doute le jour idéal pour en prendre. La mienne sera cette année de débuter dès ce dimanche un Projet 365. Le principe est connu et assez simple en apparence: un projet 365 consiste à prendre une photo par jour durant un an et à, éventuellement, les compiler en fin d'année. Un principe simple donc mais qui semble être très additif et plus que passionnant.

Car pour préparer cet article, j'ai demandé l'avis de personnes ayant déjà finalisé au moins un projet 365 et ce qui m'a le plus surpris fut leur enthousiasme. A travers les réponses à quelques questions que je leur avais posées, j'ai pu ressentir une vraie passion à travers tout le processus. Certains en sont même à leur cinquième année de projet 365 en utilisant uniquement Hipstamatic.

En pratique...

La première question est de savoir comment procéder avec Hipstamatic: faut-il un combo par semaine, un combo différent chaque jour? Certains préfèrent n'avoir aucune contrainte au niveau des combos comme Muriel Allegretty: "J'ai choisi chaque soir la photo marquante ou représentative de la journée. J'aime l'éclectisme des combos dans ce projet."

(Photos: Muriel Allegretty)

 

D'autres utiliseront un combo par semaine en choisissant celui proposé par des groupes Facebook ou Instagram mais rien n'est figé et l'expérience peut évoluer. Stephen Littrell a débuté son premier projet 365 il y a deux ans: "En 2014, j'ai commencé à publier sur la page Facebook du groupe Hipsta365 et a photographié avec leur combo hebdomadaire. Plus tard, j'ai commencé à sélectionner des photos à partir de ces séries. Après le lancement de Hipstamatic 300, j'ai commencé à éditer des photos et à tester différents combos avant de choisir la photo du jour..."

Une autre solution reste, comme le signale Joe Morrissey, d'utiliser le HipstaPak qui sort le premier vendredi du mois. Un moyen idéal pour apprendre à connaître chaque élément du catalogue Hipstamatic.

Une variation envisagée par Maria Georgiadou: "Je pense commencer un projet 52 Semaines avec Hipstamatic (un combo par semaine). Cette solution est évidemment transposable à un projet 365 en utilisant un combo par semaine."

(Photos: Stephen Littrell)

 

Souvenirs

Pour ceux qui ont terminé un ou plusieurs Projet 365, le constat est sans appel: ce type de projet permet de garder une trace de notre quotidien. Un travail documentaire comme le raconte Jay Jones: "Ma femme et moi avons deux petits garçons, âgés de 8 et 6 ans, et j'utilise mes projets 365 pour documenter notre vie en famille. Le thème général de ces projets est plutôt d'essayer de capturer les "petites merveilles" de notre vie familiale."

Une peur qui revient parfois est celle de "rater" la photo du jour, de ne pas en avoir pris une seule lors des dernières 24 heures. Il faudra alors faire preuve de créativité en dernière minute comme Jay: "Parfois, il est 23h59, vous êtes au travail et vous n'avez pas votre photo du jour, alors vous prenez en photo une horloge sur votre iPhone indiquant 23h59."

Compilation

Reste à savoir maintenant comment compiler vos 365 photos. Les réseaux sociaux, Instagram, Flickr et Facebook en tête, restent évidemment la solution la plus utilisée et la plus facile. Il vous suffit, par exemple, de créer un album "My Hipstamatic Year. 2017" sur Facebook ou Flickr que vous alimenterez quotidiennement.

Project 365

Si vous ne souhaitez pas étaler votre vie privée sur le web, la solution reste d'utiliser une app qui compilera jour après jour un seul cliché. Parmi les personnes interrogées, une app ressort très nettement du lot: Project 365. Le principe est simple: vous pouvez soit prendre une photo avec cette app mais évidemment, et c'est ce qui nous intéresse en tant que hipstographers, uploader une photo à partir de votre librairie.

 

Il existe une version gratuite et une version Pro sans aucune pub et avec quelques bonus comme la sauvegarde chaque mois d'un PDF avec les photos et les textes que l'on peut joindre. Plus d'infos sur le site de Alvin Yu, son créateur.

 


Il existe d'autres apps, comme Collect for iOS, suggérée par Jay Jones. Merci d'avance pour vos commentaires en bas de page si vous découvrez une autre application.

Sortir du virtuel

Si une compilation virtuelle de vos 365 photos est une solution facile, leur matérialisation est évidemment la cerise sur le gâteau. Mais faut-il encore avoir le temps... Ce que peu de personnes semble avoir:

Joe Morrissey: "Je n'ai jamais trouvé le bon moment pour faire un livre. Comme je n'ai pas cessé de faire des projets 365 depuis 2010, j'attends encore le bon moment. Je pensais que c'était au bout de la première année, puis au bout de 2 ans, de 5 ans, ..."

Bob Textoris: "À ce jour, je n'ai pas imprimé de livre, mais je cherche une façon de réaliser un book des 1000 jours. C'est passionnant parce qu'il s'agit d'une véritable mémoire du quotidien. Je suis capable de me souvenir dans le détail de chaque jour, de l'endroit où j'étais, avec qui, le contexte... Je suis très intéressé pour éditer sous forme de book, car en plus les photos sont numérotées et légendées... Elles racontent une vie dans un langage codé..."

(Photos: Bob Textoris)

 

Bilan de l'expérience

Comme je le disais en introduction, l'expérience vécue à travers ce type de projet semble dépasser le simple fait de documenter sa propre vie. Il y a un vrai enthousiasme qui ressort des réponses collectées pour cet article et les bénéfices sont multiples.

Ramón Cruz: "Je suis devenu plus attentif et j'ai amélioré ma technique quotidienne."

Stephen Littrell: "Ce projet a été le plus créatif et le plus enrichissant que je n'ai jamais fait. Quand je regarde en arrière, quand je revois plus de 1000 photos prises, je me souviens pour la plupart de les avoir prises. Je pense que ma photographie s'est considérablement améliorée au cours des trois dernières années. La chose la plus importante que j'ai découverte fut une vraie joie associée à de la créativité."

Bob Textoris: "S'imposer une image par jour, cela impose dés le matin en se levant d'observer les choses différemment. En permanence l'œil est dans la recherche du détail, il guette l'originalité, le moment... et puis il y a cet état interne lorsque l'on sait que l'on a fait la photo du jour: contrat rempli, sensation de légèreté,... Et puis il y a aussi les jours sans le moindre sujet, le jour où les idées ne sont pas venues, des journées pauvres en images et émotions, où cette angoisse de faire l'image du jour nous prend,... il faut trouver un sujet, un effet.... il faut pousser l'imagination..."

Jay Jones: "L'iPhone a fait de moi un meilleur photographe. Point à la ligne. Tout ce qui me permet de prendre plus de photos avec mon iPhone est en soit une bonne chose. Ma technique photographique s'est-elle améliorée? Eh bien, supposons déjà pour un instant que j'ai effectivement une certaine technique photographique... Quelle que soit cette technique, elle s'est simplement affinée au cours des deux dernières années. Plus que tout, je sais maintenant ce que je recherche. Je dois maintenant apprendre à sortir de ma zone de confort et à visiter des territoires inconnus, tout en sachant que mon temps et les sujets sont un peu limités."

Joe Morrissey: "Le fait de prendre des photos chaque jour m'a forcé à sortir et à photographier. En sortant et en prenant quelques photos, je faisais quelque chose de plus intéressant que de ne rien faire. Au fil du temps, ce shooting quotidien m'a montré l'importance d'être régulier et d'être en mesure de ne sélectionner qu'une seule photo parmi des milliers d'autres."

(Photos: Joe Morrissey)

 

Astuces

J'ai aussi demandé à ceux qui avaient vécu l'expérience d'un projet 365 s'ils avaient des conseils à donner à ceux qui veulent se lancer dans l'aventure. Pour Joe, c'est simple: "Je dirais de persévérer. Il n'aura pas une photo parfaite tous les jours, mais le lendemain, il y aura toujours des possibilité plus intéressantes."

Stephen Littrell cite lui la photographe Dorthea Lange: "Un appareil photo est un instrument qui enseigne aux gens à observer sans appareil photo". Il ajoute: "J'avais au début beaucoup plus de périodes où je ne savais pas quoi photographier et où je manquais d'inspiration. C'est très rare aujourd'huiParfois, mon image du jour n'est rien de plus qu'une tasse de café - j'en ai quelques-unes dans mon projet - mais chaque image d'une tasse de café est différente des autres. Photographier une tasse de café peut devenir un exercice de créativité et peut devenir un objet intéressant à photographier quand rien d'autre ne vous inspire. On ne produira pas quotidiennement une bonne photo. Si vous ratez un jour sans prendre même une seule image, alors cela arrivera plus souvent dans l'avenir. Prenez des photos chaque jour même si c'est cette tasse de café en face de vous. Faites un projet 365, pas un projet 364."

Même son de cloche de la part de Katie Howell: "Après les deux premiers mois, le jour numéro 365 semblera bien loin et extrêmement pénible à atteindre. Certains jours, vous serez épuisé par votre travail, par votre vie, et il sera extrêmement difficile de se mettre dans l'ambiance, d'être créatif. Il suffit de se forcer un peu quand cela arrive. Ensuite, cela deviendra une habitude et un mode de vie. Et quand vous atteindrez le bout du tunnel, vous aurez toutes ces photos et ces souvenirs à montrer."

(Photos: Joy Coyle)

 

Bob Textoris: "C'est passionnant mais attention, c'est additif... Quand j'ai arrêté le projet après 1000 jours, j'ai eu l'impression d'un vide, bien que je continue de publier régulièrement. Mais le fait de ne plus avoir cette contrainte quotidienne me manque énormément. Je trouve que cela poussait à la recherche créative, une sorte d'émulation permanente... L'œil était en permanence en mode action."

Maria Georgiadou: "Je recommande à tout le monde de garder un esprit très ouvert! Et d'explorer de nouvelles possibilités pour la photo... il y a tout autour de vous un sujet intéressant. Même les choses laides peuvent devenir belles, si vous les photographier correctement. Même si vous vous trouvez coincé à la maison ou au bureau, il y aura des objets du quotidien autour de vous qui attendent que vous les embellissiez!"

Jay Jones: "Ma photographie, mon compte Instagram, mes 365 projets,... ce sont tous des jeux. Un peu comme le labyrinthe de Westworld, c'est un jeu qui ne vous est pas destiné - il est pour moi. Et c'est un jeu auquel je joue tous les jours. Je me lance le défi de prendre une seule photo par jour (j'en prends plus même si ce n'est pas nécessaire). Et je gagne le jour où je sélectionne la photo de cette journée et que je la publie à Instagram. Si vous voulez me suivre sur ce voyage, c'est génial. Mais je ne fais pas cela pour avoir un public. Ce voyage est le mien."

(Photos: Ramon Cruz)

 

Attention aux pièges

Il est clair que des pièges nous attendent et afin de les désamorcer, il est important de les connaître. En voici quelques uns ainsi que quelques conseils qui, je l'espère, vous aideront à clôturer votre premier projet 365:

Pour Joe, le danger vient de la zone de confort: "Si vous commencez à trouver le projet facile, essayez quelque chose de nouveau. Le confort est l'ennemi du progrès."

Katie: "Après un certain temps, vous aurez la sensation qu'il n'y a plus rien à photographier. Ne vous arrêtez pas, même si vous avez la sensation que c'est impossible d'arriver au bout. C'est possible!"

Maria Georgiadou: "Ne prenez pas le même sujet tous les jours. Même si vous vous trouvez devant un beau paysage, si votre photo précédente était un paysage, il suffit de trouver quelque chose d'autre qui vous intrigue. Même si votre planning du jour est rempli et que vous êtes sous pression, ne manquez pas votre photo du jour... Prenez juste 5 minutes de votre temps, regardez autour de vous et trouvez un sujet! Et si vous faites votre projet avec Hipstamatic, ne vous tracassez pas en essayant de trouver le combo parfait, essayez juste de rendre votre image belle! Dans l'ensemble, c'est une expérience fabuleuse que je recommande à tout photographe, amateur ou professionnel. Il élargit vos horizons, tout en vous rendant meilleur!"

Susan Sanders: "Je suppose que pour moi, le piège était de consacrer du temps et de l'énergie dans quelque chose qui n'avait aucune compensation matérielle. La voix de mes ancêtres puritains. J'ai décidé d'ignorer ces voix - de faire quelque chose pour le plaisir et c'était tout ce qui était nécessaire."

(Photos: Susan Sanders)

 

Merci à toutes les personnes qui ont répondu à mes questions! J'espère que cet article vous aura donner envie de vous lancer dans cette aventure et si oui, n'oubliez pas de tagger vos photos avec #hipstography
Bonne année 365!
Eric Rozen

This post is also available in: Anglais

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :